Les pubs irresponsables

Voici une nouvelle année et bien que cette transition-là me laisse totalement indifférent, car elle ne signifie rien d’autre que le passage d’un jour au suivant, je ne peux m’empêcher de rêver un peu : saurons-nous faire preuve de plus de lucidité en dix-neuf ? Aurons-nous le courage de commencer à faire évoluer nos habitudes de vie afin de les rendre plus compatibles avec un monde limité et très menacé ?

Après quelques jours heureux à parcourir à VTT le Jura magnifique et désert, j’ai eu ma réponse, sous la forme d’une pub particulièrement irresponsable et dangereuse – mais tout à fait légale. Au-delà du dégoût, cela m’a inspiré l’idée de publier ici, de temps à autre, les « chefs-d’œuvre » les plus abjects des serviteurs de l’argent, de la croissance infinie, de l’hyperconsommation et de l’aliénation matérialiste. Au mépris de toutes les valeurs humanistes et du respect dû à un environnement dont nous, ainsi que les générations futures, dépendons pour notre épanouissement et, plus prosaïquement, notre survie.

Qui s’étonnera que la première saleté publiée ici soit celle d’un vendeur de bagnoles ? Bon, d’accord, nous aurions pu avoir une compagnie d’aviation low-cost ou un opérateur télécom, mais personne ne doit s’inquiéter, ils figureront ici prochainement.

1. Rouler pour rouler (et après moi le déluge)

pub irresponsableBien sûr, on nous ressort l’imagerie habituelle du 4×4 dans la nature sauvage, même si les clients potentiels sont avant tout des urbains friqués. Bien sûr, ce tas de ferraille n’a rien à faire dans la montagne où il dérange tout à la fois la faune et les randonneurs sans moteur – qui le feront savoir sans ménagement au conducteur. Toutefois, c’est bien le slogan qui vaut à cette… ordure d’inaugurer cet article. Rouler pour rouler. Je roule, tu roules, il roule, elle roule, nous émettons des tonnes de CO2 pour satisfaire nos petits fantasmes égoïstes. Et enrichir patrons et actionnaires.

Alors, quand nos politichiens de service (merci, Moins!, pour ce magnifique néologisme), vendus aux grandes entreprises et fossoyeurs des services publics, nous racontent que l’avenir de l’humanité réside dans le Grand Marché Global et sa capacité magique à l’auto-régulation, ainsi que dans la responsabilité des entreprises, nous avons de la peine à les prendre au sérieux. Et sommes parfois furieusement tentés de leur opposer un gentil chaos « giletjaunesque » – merci, ami-e-s Français-e-s, pour votre insoumission à des règles et choix politiques inacceptables.

Je ne mets évidemment pas de lien vers le site de l’entreprise irresponsable à l’origine de la diffusion de ce message de merde, mais il sera facile à trouver. Vous y lirez d’autres développements bonimenteux du même acabit, tous plus abjects et stupides les uns que les autres. Si cela vous énerve, n’hésitez pas à leur envoyer, citoyennement, votre avis : s’ils ont le droit de se comporter comme des voyous¹, nous reste celui de leur signifier (ainsi qu’à leurs petits chiens politiques) que nous ne sommes pas dupes – avec les mots que leur comportement nous inspire.

 

¹ J’allais mettre « comme des porcs », mais ce serait vraiment injuste pour les cochons.

3 réflexions sur « Les pubs irresponsables »

  1. Bonne nouvelle : les conseillères nationales Adèle Thorens et Lisa Mazzone déposent à Berne des interpellations visant à limiter la publicité pour l’aviation low cost, dont l’un est directement inspiré d’une action militante des objecteurs de croissance.

    https://www.letemps.ch/suisse/double-offensive-verts-contre-avions

    Voilà qui promet en tout cas de déchaîner l’ire de la droite, des milieux économiques et de tous ceux qui se préoccupent bien plus de leur petit confort que de l’état du monde qu’ils vont léguer à leurs enfants…

    Bravo, Mesdames Thorens et Mazzone, pour oser attaquer ainsi frontalement ces deux industries particulièrement toxiques : la pub, ainsi que l’aviation et ses détestables extensions pétrolières.

    Merci également de nous démontrer par votre mobilisation permanente et lucide qu’une (petite) partie de la classe politique suisse défend aujourd’hui encore des causes citoyennes plutôt que l’agenda des lobbies.

    Avec toute mon admiration.

    (Image d’une action du ROC Genève à la gare Cornavin, en 2013)
    Action du ROC Genève à la gare Cornavin (2013)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.