L’Irlande à vélo

Les cyclistes qui ne craignent ni la pluie ni le vent apprécieront de découvrir ce pays atlantique vert fluo où la population est des plus accueillante, les routes de campagne désertes (mais gare à l’orientation) et les péninsules du sud-ouest fascinantes. Ceux qui souhaitent faire le tour de l’île s’en donneront le temps : compter environ 2200 kilomètres.

Cet article concerne essentiellement la République d’Irlande, mais je mentionne également quelques informations sur l’Irlande du Nord.

Distance parcourue dans le pays : 750 km (plus 250 km en Irlande du Nord)

Date du voyage : 2016

Irlande

 

Routes et voies cyclables

Sans parler des autoroutes, le réseau routier irlandais se subdivise entre les routes nationales (National primary roads à voies larges, parfois multiples, numérotées de N1 à N50, et National secondary roads, numérotées à partir de N51), les routes régionales (nommées R plus un nombre à 3 chiffres) et les routes locales (nommées L plus un nombre à 4 ou 5 chiffres). Source : Wikipédia.

À vélo, on privilégiera évidemment les routes à faible trafic, donc les « R » et les « L », mais il m’est arrivé de rouler quelques kilomètres sur des nationales (N71, N67, N17) sans me sentir en danger : si c’est une 4 voies avec bande d’arrêt d’urgence, il n’y a aucun problème. En outre, je tiens à signaler que les conducteurs irlandais font généralement preuve d’un immense respect envers les cyclistes et ne dépassent pas sans visibilité, tout comme au Royaume-Uni – mais gare aux exceptions !

Les routes « L » sont parfaites, mais il est indispensable d’avoir un GPS pour s’y aventurer, car aucune carte routière nationale ne les représente en intégralité (la meilleure que j’aie trouvée est celle éditée par Hallwag Kümmerly+Frey, à l’échelle 1:300’000 et dont la dernière version date de 2014). En outre, la signalisation est pratiquement inexistante sur ces chemins campagnards étroits (voie unique) dont le centre est la plupart du temps envahi par l’herbe. Au fond de la brousse, n’oubliez pas de répondre aux gestes de salutation des agriculteurs dans leurs tracteurs – vous verrez rarement ça ailleurs. Et de fait, en Irlande, beaucoup d’automobilistes vous salueront également d’un geste discret de la main, sans lâcher le volant. Plutôt sympathique !

IrlandeIrlandeÀ la différence du Royaume-Uni, il n’existe pas en République d’Irlande de réseau de voies cyclistes balisées – ou alors je ne les ai pas trouvées, malgré de nombreuses recherches sur internet. C’est la raison pour laquelle il est indispensable d’avoir la meilleure carte routière possible ainsi qu’un GPS.

En 2016, cela valait la peine de consulter avant le départ le site http://cycleireland.ie/, qui proposait 6880 km d’itinéraires cyclistes à travers le pays. Les multiples photos et vidéos permettaient de se faire une bonne idée des différentes régions et parcours possibles. Hélas, ce site semble aujourd’hui à l’abandon… Dommage.

En Irlande du Nord, on retrouve les fameuses routes cyclistes balisées du Royaume-Uni. Pour préparer le voyage, les sites suivants se révéleront utiles : CycleNI et SUSTRANS.

 

Hébergement

A Dublin, les hôtels très bon marché peuvent réserver de mauvaises surprises – mieux vaut donc tenter de trouver un lit à l’auberge de jeunesse.

Il y a 24 auberges de jeunesse du réseau « Hostelling International » en République d’Irlande, mais je n’en ai pas visité une seule… Seul fait du hasard : elles ne se trouvent juste pas dans les lieux où j’ai fait étape. Plus d’infos ici.

Dans l’intérieur, à l’écart des sites touristiques, il n’est pas facile de trouver un hébergement, mais il y a en général toujours au moins un Bed & Breakfast dans les petites villes. Nuit dès 30 Euros (30 £ en Irlande du Nord), petit déjeuner inclus, évidemment.

Il y a pas mal de campings sur la côte ouest, mais ceux-ci sont souvent bien remplis durant les mois d’été. N’espérez donc pas y trouver du calme après votre journée sur la route. Quelques exceptions toutefois : les petits campings de Castletownbere (au golf),  Kenmare et l’aire naturelle d’Inishmore (Aran) sont très cools. Compter 10 à 15 Euros par nuit.

Ces observations sont valables pour l’Irlande du Nord. J’ajouterai juste que les immenses usines à camper de la côte nord sont absolument immondes et hors de prix – faites étape à l’intérieur autant que possible et filez à toute allure prendre le ferry vers l’Écosse !

 

Alimentation

Les horaires d’ouverture des commerces sont étendus, particulièrement dans les grandes villes où de nombreux magasins sont ouverts le soir, mais les prix des denrées alimentaires sont élevés – vous le remarquerez tout de suite si vous arrivez du Royaume Uni. Ayez toujours un peu de ravitaillement avec vous, car on ne trouve pas grand chose dans la campagne et seuls les gros villages ont une épicerie.

 

Transports publics

Le réseau ferroviaire irlandais rayonne en étoile depuis Dublin. Les trajets directs de province à province sont par conséquent pratiquement inexistants. Les voyages en train sont chers et sur les grandes lignes il est obligatoire de réserver à l’avance pour le vélo, ce qui n’est pas pratique du tout. Dans les faits, si vous insistez, certains contrôleurs vous laisseront monter sans réservation, mais le voyage ne sera pas confortable : en dehors des deux places (parfois trop courtes !) réservées aux vélos sur les Intercity, il n’y a aucun espace disponible et vous devrez vous tenir entre deux wagons puis déplacer votre vélo à chaque arrêt pour laisser monter/descendre les passagers. Plus d’infos sur le transport des vélos dans les trains irlandais ici.

Je n’ai pas testé les bus et ne sais pas s’ils acceptent les vélos, ni dans quelles conditions. Renseignez-vous.

Par contre, aucun problème pour mettre votre vélo dans un ferry, que ce soit de/vers le Royaume Uni ou à l’intérieur du pays. Ceux qui ont voyagé loin dans le monde souriront devant le chaos relatif du petit port de Doolin et les efforts des rabatteurs des 2 compagnies concurrentes pour vous emmener sur les îles d’Aran ou sous les falaises de Moher…

 

Climat

Un qualificatif pour le climat estival irlandais ? Atlantique ! En juillet, j’ai eu de la pluie (soutenue, bruine, ou averses) pendant 4 jours sur 12, ce qui n’est pas si mal. De manière générale, la météo est très dynamique et l’on peut faire l’expérience du meilleur et du pire sur une seule journée. Lorsque vous roulerez sous le soleil, vous verrez presque toujours de gros rideaux de pluie se déplacer ici ou là autour de vous. Par conséquent, un équipement imperméable est vivement conseillé.

Bien sûr, il faut aussi compter avec le vent, généralement d’ouest, voire nord-ouest.

Même s’il ne fait jamais froid, les températures restent très modérées y compris au cœur de l’été : estimez-vous heureux s’il fait plus de 20 degrés à l’ombre la journée. Mais ces températures sont idéales pour rouler !

Le site du service de météo irlandais : Met Éireann.

Plus d’infos en français sur le climat irlandais ici.

 

Budget indicatif

Compter environ 50 Euros par jour, tout compris. Évidemment un peu plus si vous ne dormez jamais au camping. Les frais de transport internes (train, ferries) comptent pour 18%, les frais d’hébergement pour 26%. Le reste, ce sont les bières…

 

Divers

Pour ceux qui voyagent connectés, il y a généralement du Wi-Fi gratuit dans les hébergements, y compris les campings. Bien sûr, ça marche une fois sur deux…

Dans les hameaux du sud ou autour des fermes, on croise parfois des chiens sans surveillance – ce qui n’arrive pratiquement jamais au Royaume-Uni. Je n’ai toutefois pas eu à affronter de comportement agressif.

 

La République d’Irlande en quelques chiffres

Superficie : 70 273 km2
Population : 4 757 976 habitants (2016)
Densité : 68 hab./km2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *