La Givrine – Môtiers – Genève

Boucle de deux jours à travers les vallées du Jura français et suisse, au départ de La Givrine qu’on peut facilement atteindre en train depuis Nyon. Retour côté suisse par le pied du Jura et le vignoble de La Côte.

La première partie du parcours entre La Givrine et Morez est décrite ici.

À Morez, j’ai trouvé une alternative à la N5 pour rejoindre Morbier : au centre-ville, continuer tout droit dans la Rue de la République (D126 direction St-Claude), puis 50 mètres après avoir traversé le petit pont sur l’Évalude, prendre à droite le chemin piéton qui monte vers l’hôpital, sans se préoccuper du panneau « Sentier dangereux ». Il faudra pousser le vélo sur 600-700 mètres, voire le porter pour franchir quelques courts escaliers, mais c’est à mon avis préférable que de rouler sur la N5. À un certain moment, on peut prendre à droite vers l’hôpital et continuer à vélo jusqu’à la nationale que l’on atteint au niveau de la bifurcation avec la D18 conduisant à Bellefontaine.

Cette fois-ci, on prendra la D18A à la sortie de Morbier. Pour l’atteindre, il faudra affronter quelques centaines de mètres sur la N5, mais dans le village le trafic est ralenti et l’on peut rouler sur le trottoir. Après le passage sous le chemin de fer, bifurquer à droite vers le camping, puis ensuite à gauche : cette petite route dessert des quartiers résidentiels parallèlement à la nationale ; elle monte fort par endroits, mais on y est en sécurité.

Malgré ce détour inintéressant, la D18A est selon moi la meilleure option pour atteindre Chapelle-des-Bois dans le département du Doubs : dès qu’on a quitté Morbier, l’environnement est plus sauvage et il y a moins de trafic que sur la D18 via Bellefontaine.

On rejoint l’autre route, devenue la D46 dans le Doubs, peu avant Chapelle-des-Bois. La suite est identique à cet itinéraire jusqu’à Chaux-Neuve, dans le Val de Mouthe.

JuraJuraAprès la traversée de Chaux-Neuve sur la route de Mouthe (D437), on poursuit sur la D46 vers Le Crouzet. Cette départementale silencieuse chemine dans un joli vallon parallèlement à la D437 jusqu’aux lacs de Remoray et Saint-Point.

Plus on approche des lacs, plus les résidences des pendulaires se multiplient et plus le trafic augmente. Sur la route, de nombreux motards roulent de manière dangereuse et font beaucoup de bruit. Du coup, même si le lac de Saint-Point m’a un peu rappelé le lac Paladru (Isère), étape favorite au début de plusieurs de mes voyages, je n’ai que moyennement apprécié le trajet entre Remoray-Boujeons et Chaon.

JuraJuraJuraÀ Chaon, on ressort de la cuvette lacustre pour rejoindre la N57. Attention : il s’agit d’une route dangereuse à fort trafic, dont des poids lourds. Il existe apparemment sur l’autre rive une piste forestière permettant de rejoindre la bifurcation vers Chapelle-Mijoux sans devoir affronter ces 2 km détestables, mais l’ayant aperçue trop tard je ne l’ai pas testée.

En s’engageant sur la route très étroite de Chapelle-Mijoux, on quitte le trafic pour longtemps. Quelques sérieux pourcentages nous attendent, mais on n’y croise pas une bagnole.

Il y en aura de nouveau quelques-unes sur la D6, mais rien à voir avec ce que l’on a connu autour des lacs et sur la N57. Le village de Les Fourgs est construit sur un haut plateau le long de la route. Outre de nombreuses grandes maisons jurassiennes, dont une partie semble vide, on y trouve quelques commerces ainsi qu’une modeste station de ski.

Au-delà du « col », on redescend un peu vers la frontière suisse, avant d’atteindre L’Auberson, sur la Route cycliste du Jura (Suisse à vélo n°7). Ne reste alors qu’à suivre le balisage officiel jusqu’à Fleurier, via La Vraconnaz, La Côte-aux-Fées et Buttes, en ne manquant pas au passage le panneau annonçant l’entrée dans le Val-de-Travers, berceau de la « Fée verte », ni les beaux coups d’œil vers le sommet du Chasseron (1607 m).

JuraDeux kilomètres en aval de Fleurier, on peut admirer de belles maisons des XVIIe et XVIIIe siècles dans le village de Môtiers, notamment de part et d’autre de la Grande Rue.

C’est d’ailleurs dans la Grande Rue qu’on démarre pour attaquer la montée vers la crête du Jura et Mauborget. La route forestière est peu fréquentée mais assez raide par endroits. Dès la sortie de la forêt, la pente devient plus modérée jusqu’au sommet, à 1258 mètres – ce qui nous fait un dénivelé de 520 mètres depuis Môtiers. Vue magnifique dans les pâturages.

JuraJuraAu-delà du « col », la route zigzague quelque peu dans une combe et croise l’itinéraire VTT « Jura Bike » (Suisse à VTT n°3) qui relie Bâle à Nyon, par les crêtes du Jura. À tester une fois que toute la neige aura fondu !

Dans une belle clairière juste avant la dernière petite crête, le Chasseron apparaît de nouveau au loin – et incite à sortir le VTT au plus vite pour s’affranchir du goudron et de tout trafic.

JuraL’arrivée à Mauborget, premier village depuis Môtiers, s’accompagne de la découverte d’un panorama magnifique sur le lac de Neuchâtel et, s’il n’y a pas trop de brume, le Plateau suisse ainsi que les Alpes à l’arrière-plan. La terrasse du bistrot réjouira les amateurs de café et permet d’observer l’envol des parapentistes. Étant attendu à Grandson et déjà en retard, je ne m’y suis arrêté que le temps de prendre une photo…

JuraLa descente vers Grandson est d’abord sinueuse et on y rencontre un peu plus de véhicules qu’entre Môtiers et Mauborget, mais la vue est belle la plupart du temps et les quelques villages traversés plutôt pittoresques en comparaison avec les immondes dortoirs friqués quadrillés de haies de thuya d’autres régions.

JuraÀ Fontaines-sur-Grandson, on peut éviter du dénivelé et quelques kilomètres en prenant à droite vers Novalles et Vuiteboeuf. Pour ma part, j’avais rendez-vous au bord du lac, donc j’ai fait le détour et débuté sur la Route de la plaine de l’Orbe (Suisse à vélo n°487) à Grandson. Ce parcours vallonné empruntant des routes de campagne peu fréquentées m’a permis de découvrir des endroits où je n’avais jamais mis les pieds : Baulmes, Rances, Les Clées dans les gorges de l’Orbe, Bretonnières, Croy et enfin Romainmôtier, avec sa fameuse abbatiale.

JuraJuraJuraÀ Romainmôtier, on peut prendre la Route cycliste du Pied du Jura (Suisse à vélo n°50) jusqu’à Genève, mais j’aime beaucoup « mon » parcours habituel et préfère remonter jusqu’à Juriens, puis La Praz avant de poursuivre vers Mont-la-Ville, Montricher, Mollens, Ballens, St-Livres, Aubonne, le vignoble de La Côte jusqu’à Vinzel, Vich, Coinsins, Trélex, Grens, Crassier et enfin Divonne. Mes vélos connaissent désormais le trajet par coeur, je n’ai qu’à les laisser gérer et profiter du paysage…

On trouvera quelques mots et photos sur la fin de l’itinéraire entre Divonne et Genève ici. Pour couronner ce beau week-end, donnez tout ce qui vous reste dans les jambes sur le chouette chemin agricole qui longe la frontière entre la douane de Chavannes-de-Bogis et Chavannes-des-Bois, ainsi que dans les bois de la Versoix !

  • Carte(s)

  • Données numériques

    Valeurs enregistrées par un compteur Ciclomaster CM4.4A et un compteur SIGMA BC 14.12, comprenant chacun un altimètre barométrique.

    Distance : 255 km
    Durée indicative : 13 heures, sur deux jours
    Dénivelé positif : 3200 m
    Altitude maximale : 1232 m (col de La Givrine)

  • Références

    Carte cycliste Lausanne - Vallée de Joux, Kümmerly+Frey, 1:60'000, éditée par l'Association transports et environnement (ATE).

    Carte cycliste Neuchâtel - Trois Lacs, Kümmerly+Frey, 1:60'000, éditée par l'Association transports et environnement (ATE).

    Carte Michelin Départements N°321 (Doubs, Jura), 1:150'000.

    A Genève, les cartes et guides officiels "La Suisse à vélo" sont disponibles à la sympathique librairie indépendante Le Vent des Routes, 50 rue des Bains, 1205 GE.

    Webcams de la station des Rousses (Jura français).

    Site internet de l'Office du tourisme du Val de Mouthe.

    Site internet des Grandes Traversées du Jura (GTJ).

    Route cycliste du Jura (Suisse à vélo 7).

    Route cycliste de la plaine de l'Orbe (Suisse à vélo 487).

  • Transports

    Train Genève - Nyon - La Givrine, départ aux 30, durée 1h08.

    Au retour, on peut sauter dans le train à de nombreuses gares CFF le long du parcours à travers le canton de Vaud.

    Tous les horaires ici.

  • Hébergements

    Pour les gîtes d'étapes, voir les possibilités sur ce site.

    Un camping à Fleurier dans le Val-de-Travers (NE).

  • Téléchargements

    Vous pouvez télécharger cet itinéraire aux formats suivants :

    Fichier Google Earth (.kml)
    Fichier GPS (.gpx)

  • Remerciements

    Merci à Christophe, Tina et Lélio pour leur accueil à Môtiers.

    Merci à Marc-André pour m'avoir fait découvrir la Route de la plaine de l'Orbe (Suisse à vélo 487) et la compagnie sportive jusqu'à Vich.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *