Dieppe – Paris (Avenue Verte)

De Dieppe à Paris par l’Avenue Verte, itinéraire cycliste populaire qui relie Londres à la capitale française. Voies vertes hors trafic motorisé, routes secondaires, chemins de gravier et sentiers forestiers à travers la belle campagne normande ainsi que le parc naturel régional du Vexin Français, aux portes de Paris. J’ai parcouru cet itinéraire au retour d’un voyage d’un mois au Royaume-Uni. Il existe une section alternative, un peu plus longue, par les bords de l’Oise. 2 jours (été 2023).

Continuer la lecture

Brighton – Inverness (GB)

De Brighton sur la côte de la Manche à Inverness en Écosse, par les itinéraires cyclables développés par SUSTRANS, Fondation britannique pour la mobilité durable. Attention : ce parcours comporte des sections impraticables sur le vélo, qu’il s’agisse de pentes trop raides, d’escaliers occasionnels, de sentiers trop étroits en bordure de canal ou envahis par une végétation piquante (ronces et orties)… Il faut donc être prêt à pousser sa monture. 28 jours (été 2023).

Brèves notes de route

1. Newhaven-Brighton (15 km)
Après une montée raide dès la sortie du ferry et un rude tronçon caillouteux, on zigzague autour de la highway, parfois sur piste cyclable, parfois sur les rues tranquilles des localités. C’est la route cycliste N°2 (R2), qui file vers l’ouest et la Cornouailles. Camping très cher à l’entrée de Brighton.

2. Brighton – Henfold (101 km)
A Brighton, j’ai pris la R20 par erreur. Plus directe vers Londres, elle suit toutefois des voies bruyantes, à fort trafic. Je l’ai donc quittée pour rejoindre la R223 (Downs Link) à Henfield. Celle-ci est aménagée sur une ancienne voie ferrée. Beau parcours dans la campagne, non goudronné et souvent à l’ombre. Plus loin, la R22 comporte quelques montées et zigzague dans les collines. Il y a parfois un peu de trafic. Certains villages traversés sont pleins de visiteurs, comme Shere. Pas de camping le long de la voie cyclable, raison pour laquelle j’ai dû faire un détour jusqu’à Henfold.

3. Henfold – Londres Holland Park (86 km)
Retour sur la R22 à Dorking, puis R20 dès Banstead. On traverse beaucoup de parcs, suit un affluent de la Tamise sur voie verte, zigzague dans les rues des banlieues sud, affronte un sentier étroit envahi par les orties… Pas trop de problèmes avec le trafic à l’approche de la capitale géante. Le balisage est bon, mais le GPS se révèle très utile, car on finit toujours par quitter le parcours sans s’en rendre compte. Bonne auberge de jeunesse à Holland Park, mais sans cash.

4. Londres – Ivinghoe (100 km)
Sortie de Londres au GPS, à destination de Uxbridge. Chouette voie verte au bord du Grand Union Canal, puis le long de la highway A40 dès Northolt. A Uxbridge, on s’engage pour quelques jours sur la R6, qui longe d’abord le Grand Union Canal. Revêtement pourri jusqu’à Rickmansworth, mieux ensuite. R6 quittée avant Luton, car aucun camping. La dernière route B que j’ai empruntée pour arriver au camping est dangereuse, en raison d’un trafic rapide. D’ailleurs, un accident de moto venait de se produire… Grand camping à la ferme sur une colline.

5. Ivinghoe – Market Harborough (97 km)
Retour sur la R6 à Leighton Buzzard, mais secteur pénible jusqu’à Milton Keynes : chemin très étroit, mal entretenu, dégradé, plantes envahissantes dont ronces et orties, pêcheurs innombrables avec tout leur matos en travers du passage… Mieux ensuite. Tronçons sur routes secondaires hors R6 pour aller vite, sans problème. Super parcours sur ancienne voie ferrée après Northampton. Attention aux 2 tunnels sans éclairage et très glissants ! Camping calme au bord d’un étang de pêche.

6. Market Harborough – Isley Walton (91 km)
Super étape. Routes de campagne tranquilles jusqu’à Leicester. Traversée de Leicester cool sur voie verte. Un peu de trafic sur la route vers Loughborough, dont la traversée est un peu moins cool, le long de routes à trafic. Attention à ne pas perdre la R6 après la traversée de la highway A42, avant Breedon on the Hill ! Voie verte très roulante au bord du canal. Camping cher à proximité d’un circuit de moto, mais calme.

7. Isley Walton – Crowdecote (85 km)
Super étape, surtout depuis Ashbourne. Contournement de Derby un peu compliqué à suivre dans les quartiers, mais on finit par s’en sortir. J’ai choisi de quitter la R6 pour la R68, qui s’en va traverser Peak District, promesse de beaux dénivelés (et de pentes raides !). A Ashbourne, la R68 débute en voie verte sur une ancienne voie ferrée qui monte en pente douce dans les collines. Camping à la ferme à Crowdecote, hameau en contrebas de la R68.

8. Crowdecote – Holmfirth (74 km)
Étape très physique en raison du dénivelé, de la pente, de tronçons caillouteux ou défoncés infranchissables sur le vélo. Magnifiques panoramas autour de Buxton et ensuite jusqu’à News Mills. Beau moment de répit sur la voie verte entre Hadfield et les tunnels, mais ensuite il faut affronter des escaliers où le vélo doit être poussé, puis des chemins dans la lande, pour éviter la highway et son trafic infernal. Petit camping très calme avant Holmfirth.

9. Holmfirth – Hebden Bridge (49 km)
Étape à nouveau très physique. A Meltham, je me suis engagé sur la B6107 pour avancer plus vite, mais j’ai perdu ensuite la R68 et fait un détour inutile (mais pas vilain) par Marsden. Attention au panneau inversé après le barrage et la traversée de l’autoroute M62 (coordonnées : Latitude:53°38’54″N ; Longitude:1°55’42″W). Beaux panoramas sur les collines. Place de camping au pub, pratique pour la bière du soir et l’ambiance unique des bistrots version British, où toute la population se retrouve pour échanger autour d’une (ou plusieurs) pints !

10. Hebden Bridge – Bolton le Sands (116 km)
Après avoir décidé de quitter la R68 pour aller retrouver la R6 près de la mer, j’ai pris la route en direction de Burnley. Hors parcours officiel, j’ai utilisé mon GPS pour rejoindre Padiham, par le bord du canal à Burnley et des pistes cyclables locales. A Whalley (attention au trafic !), on prend la R90 vers Longridge – ou on se perd comme moi du côté de Great Mitton, d’où la B6243 conduit à Longridge (attention au trafic !). Joli parcours le long de l’estuaire à Lancaster. Grand camping à la ferme proche de la mer, ce qui n’est pas un avantage en cas de vent fort…

11. Bolton le Sands – Coniston (87 km)
Super étape qui débute le long du canal. Puis long contournement de l’estuaire de Morecambe par des petites routes à travers une région très boisée. Beaucoup de chênes. A Milnthorpe, on quitte la R6 pour la R70/R700, à destination du sud-ouest de Lake District. Attention au trafic sur la A6 vers Levens Hall ! Après Grange over Sands, on franchit des collines sur des routes toujours aussi raides. La route étroite sur la rive orientale du lac de Coniston offre de jolis coups d’œil sur les montagnes, dont le Old Man, 803 m. Excellente auberge de jeunesse YHA, avec quelques places de camping. Bon point de départ pour des randos à pied dans la région.

12. Coniston – St Bees (63 km)
Ne pas prendre la R37/637 à Coniston, car c’est un sentier pédestre caillouteux et il n’y a pas beaucoup de trafic sur la route A593. Super parcours depuis la bifurcation jusqu’à Little Langdale, mais il faut porter le vélo pour accéder au pont et traverser la rivière Brathay – sinon vous pouvez franchir le gué… Les 2 montées qui suivent, malgré une altitude maximale de 390 mètres, méritent largement leur statut officiel de « col » et leur nom (une rareté au Royaume) en raison d’une pente de dingue : jusqu’à 30% ! Si vous êtes chargé comme moi, vous pousserez le vélo les deux fois sur une distance d’environ 1 kilomètre – et parviendrez tout juste à franchir les lacets les plus raides ! Le paysage est magnifique, le trafic faible. A Holmrook, on prend la R72 (Hadrian’s Cycleway) qui s’en va longer la mer, hélas pas longtemps puisqu’elle a été détruite par les vagues après Seascale, ce qui impose un détour par le A595 (attention au trafic !). Camping tout proche d’une vaste plage à St Bees.

13. St Bees – Monkhill (110 km)
Super étape sur la R72 le long de la mer et du Solway Firth. Piste cyclable hallucinante en bord de mer à la sortie de Whitehaven et aussi après Workington. Sans doute moins cool en cas de vent contraire. Whitehaven et Workington : chouettes petites villes animées, mais site de Whitehaven plus beau. Raccourci entre Kirkbride et Bowness-on-Solway, où débutait le fameux Mur d’Hadrien. Petit camping calme avec bungalow confortable pour le repas du soir et le petit déj si la météo est au gris – mais il faudra aller à Carlisle pour acheter à manger (11 km aller-retour).

14. Monkhill – Mabie (89 km)
Aujourd’hui est un grand jour : on passe en Écosse ! A Carlisle, on laisse la R72 pour prendre la R7, qui monte vers Glasgow, puis Inverness. A l’exception de la vieille ville de Carlisle et de la « frontière » à Gretna, l’itinéraire n’est pas intéressant et mal balisé jusqu’à Powfoot. Ensuite, beau parcours en bordure du Golfe de Solway (Solway Firth), d’où l’on peut observer, à quelques kilomètres à peine, le trajet de la veille. Il n’y a rien de spécial à Dumfries et aucun camping – il faudra donc continuer jusqu’à la colline de Mabie et son aire naturelle équipée (attention aux tiques !).

15. Mabie – Gatehouse of Fleet (80 km)
Journée entière sur petites routes avec très peu de trafic. Nombreuses collines jusqu’à Castle Douglas, donc montées et descentes, mais pas de pente délirante. Aucun commerce sur 33 km, donc prévoir un ravitaillement la veille à Dumfries. Ensuite, montée légère, puis longue descente douce avec chouettes virages vers Kirkcudbright. Suite tout aussi agréable sur la route B727, qui zigzague avant d’arriver à Gatehouse of Fleet par un sentier puis une piste dans la forêt. Camping très cher, hôtels hors de prix – plus de 100 GBP!

16. Gatehouse of Fleet – Maybone (91 km)
Super étape sur petites routes désertes dans les montagnes et la forêt. Il existe une voie alternative non goudronnée par les collines, mais la météo pluvieuse m’a contraint à rester sur l’asphalte. Piste cyclable glissante après Creetown, avec de nombreux portails à franchir, mais qui nous évite le trafic important de la route en contrebas. Une montée raide avant Newton Stewart. Ensuite, longue montée de la vallée de la rivière Cree sur la rive gauche, dans un tunnel de verdure. La pente reste modérée. Le premier « col » culmine à 390 m, le deuxième, plus court et plus raide, à 340 m. Les forêts d’épicéas qui nous entourent sont hélas des plantations, dans lesquelles les arbres sont alignés et tellement serrés que la lumière n’y pénètre pas… Belle descente vers Crosshill. Maybone : bourg en décrépitude prononcée. Petit parc à caravanes, où l’on m’a néanmoins accepté avec ma tente (je préférais éviter les campings du littoral, proches de la highway, probablement pleins et beaucoup plus chers).

17. Maybone – Brodick (73 km)
Chouette étape, débutant par l’ascension de Brown Carrick Hill : 350 mètres de dénivelé pour une altitude maximum de seulement 200 m. Forts pourcentages. Belle vue sur la baie d’Ayr et l’île d’Arran avant la descente. Au-delà d’Ayr, plusieurs tronçons en voie verte jusqu’à Ardrossan, mais il faudra supporter les ralentissements causés par les innombrables chiens et le contournement d’une succession de golfs. A Kilwinning, on laisse la R7 pour la R73. Le ferry pour l’île d’Arran est vite plein, même pour les cyclistes, car le staff respecte scrupuleusement le nombre maximal de passagers autorisé, et il faudra peut-être attendre le suivant. A proximité de Brodick, camping version aire naturelle, avec toilettes mais sans douche, où certains soirs peuvent être bruyants, m’a-t-on dit.

18. Brodick – Lochranza (57 km)
Comme la veille, l’étape commence par un col à 235 m. Certains passages sont raides, mais il n’y a au moins pas de redescente intermédiaire. Beaux panoramas sur la baie de Brodick et le Goat Fell (874 m), puis chouette descente vers Blackwaterfoot, mais attention aux secteurs de goudron défoncés ! Ensuite, la route qui longe la côte ouest est également magnifique et on n’y croise que peu de trafic, ce qui donne le loisir d’observer les nombreux phoques qui se prélassent sur les rochers du littoral. Auberge de jeunesse et camping à Lochranza.

19. Lochranza – Port Charlotte (37 km)
Départ en ferry de Lochranza vers Claonaig. Selon l’horaire, il est possible d’attraper le deuxième ferry à Kennacraig, mais il faut se dépêcher : 35-40 min sont nécessaires pour traverser la péninsule du Kintyre, via un petit « col ». La navigation entre Kennacraig et Port Askaig, sur l’île d’Islay, constitue évidemment un moment magique de détente. Attention au trafic à Islay, surtout entre Bridgend et Bruichladdich. Camping en bord de mer et petite épicerie à Port Charlotte.

20. Port Charlotte – Oban (28 km)
Même trajet que la veille pour rejoindre Port Askaig et prendre le ferry pour Oban, plus longue traversée du voyage : 4 heures de bonheur entre les îles et le Mainland, durant lesquelles on a le temps de se réjouir de la destination suivante, Mull, dont on longe à distance la côte orientale et ses falaises. Auberges de jeunesse et camping à Oban.

21. Oban – Iona (72 km)
Encore une étape magnifique sur l’île de Mull, qui commence par l’ascension très progressive du col à 210 mètres sur une route à voie unique. Bien sûr, il faut laisser passer les bagnoles et les quelques cars de touristes, mais il n’y a pas beaucoup de trafic. Le rétroviseur se révèle très utile. Notez que les Écossais (et les Britanniques en général) attendent toujours patiemment que la voie soit libre, puis remercient d’un signe par la fenêtre ou en faisant clignoter leurs feux de détresse. Trafic non indigène interdit sur la petite île d’Iona (130 habitants), mais pas aux vélos ! Super camping, superbe île, plages inoubliables.

22. Iona – Salen (68 km)
On parcourt d’abord 32 km à rebours jusqu’au bout de l’estuaire (Loch Scridain et Loch Beg), où se trouve le premier café ouvert au bord de la route. On enchaîne avec une montée facile au « col » (150 m). Magnifique panorama à la descente et pendant de nombreux kilomètres le long du Loch na Keal, où les falaises surplombent la route étroite. Camping à Salen.

23. Salen – Oban (34 km)
Un peu de trafic sur la route A849, mais la visibilité est bonne. Je prévoyais de prendre le ferry vers Lochaline, mais la météo était vraiment pourrie et j’ai donc préféré aller m’abriter à l’auberge de jeunesse d’Oban. Après la pluie, balade dans Oban et à Ganavan.

24. Oban – Fort William (67 km)
Journée comprenant le plus grand nombre de trajets en ferry : 4. Départ vers Lismore, île peu visitée et sans trafic. Cet itinéraire nous économise pas mal de kilomètres par rapport à la R78. A la pointe nord de l’île, un ferry pour piétons et cyclistes nous amène à Port Appin, d’où l’on rejoint rapidement la R78. Quelques beaux tronçons le long du Loch Linnhe et un peu en retrait dans une petite réserve naturelle. A partir de Ballachulish, on roule pendant plusieurs kilomètres sur le trottoir de la route A82. Attention : certains secteurs sont très étroits et 2 vélos ou un vélo et un piéton ne peuvent pas se croiser ! Sur la route, le trafic est intense. Après le ferry de Corran, le parcours est magnifique et presque sans bagnole. Un minuscule ferry pour piétons nous permet de rejoindre Fort William : il faut enlever les sacoches et ne rien laisser sur sa monture qui risque de tomber à l’eau, car les vélos sont couchés sur le toit. A Fort William, on rejoint la foule des touristes et on campe malgré tout très agréablement au pied du toit du Royaume, le Ben Nevis.

25. Fort William – Foyers (88 km)
Au centre ville, la piste cyclable (R78) permet de rejoindre le Caledonian Canal et sa première échelle d’écluses sur le versant occidental. Super tronçon le long du canal, puis piste forestière roulante le long du Loch Lochy. Une déviation pour cause de travaux ajoute env 100 m de dénivelé. Attention au trafic des véhicules de chantier en approchant de Laggan. La deuxième déviation est plus difficile, avec des passages très raides où il faut pousser le vélo sur des chemins de gravier et des sentiers. Mais cela reste bien préférable à la A82 et son trafic de merde. On reprend le long du canal jusqu’à Fort Augustus où l’on débarque au milieu de la foule de touristes. La montée qui suit est raide, avec un peu de trafic, mais le paysage des Highlands et la longue descente toute droite valent l’ascension. Il reste encore quelques raidillons avant l’arrivée à Foyers, où se trouve un joli camping sur la rive du Loch Ness.

26. Foyers – Inverness (37 km)
La R78 suit une petite route le long du lac, sur laquelle on affronte quelques courtes montées et descentes. Le trafic est faible. Après la belle plage de Dores, on s’en va faire deux ou trois zigzags dans la campagne pour éviter la route B862. Les premiers champs de céréales nous surprennent, car cela fait longtemps qu’on n’a plus vu d’agriculture. Arrivée à Inverness le long de la rivière Ness et camping.

27. Région d’Inverness (30 km)
Balade aux environs d’Inverness, puis train de nuit le soir à destination de Londres Euston (Caledonian Sleeper)

28. Londres, puis Brighton – Seaport – Newhaven (50 km)
D’une gare à l’autre à vélo : London Euston – London Bridge, plus quelques détours car j’avais le temps. Train pour Brighton, puis à vélo sur la côte de la Manche pour rejoindre le ferry vers la France.

D’autres images de ce voyage seront publiées prochainement sur Piwigo.

Genève – Mt Mézenc – Mt Aigoual – Montpellier

De Genève à Montpellier en 12 jours, par ViaRhôna, les Terres Froides, les monts d’Ardèche, les vallées cévenoles, le Mt Aigoual, la frange sud des causses et la Méditerranée héraultaise. Le parcours suit essentiellement des routes secondaires silencieuses et quelques voies vertes. Il est donc tout particulièrement recommandé aux amateurs de nature grandiose et de régions authentiques situées hors des sentiers battus, qui ne craignent pas le désespoir que peut susciter le constat du déclin irrémédiable de l’économie rurale non industrielle et du dépeuplement qui en résulte, pendant que les villes bétonnent à tout va pour tenter de loger les nouveaux arrivants dans leurs zones déjà surpeuplées. Tout le monde se réjouit donc de l’avenir doré tissé par les jeunes banquiers au pouvoir d’aujourd’hui et de demain ! Mais en attendant la fin de ce monde, allons rouler ! Avril 2023.

Les photos de ce parcours sont publiées sur Piwigo.

Navacelles

Les plats pays (Bâle-Bruxelles-Amsterdam-Hambourg)

Voyage à vélo de 24 jours entre Bâle et Hambourg par les Vosges, la Moselle, le Luxembourg, la Belgique et la Hollande. A l’exception de la France, le parcours suit presque exclusivement des pistes cyclables et voies vertes. Vélo robuste et pneus anti-crevaison recommandés pour les sections hors goudron. Juillet-août 2022.

Les images de ce voyage peuvent être visionnées sur Piwigo. En voici déjà deux…

Baltique et Scandinavie 2 (LT, LV, EST, FIN, S)

Voyage d’un mois en Europe du nord, d’abord sur la route Eurovelo 10/13 le long de la mer Baltique entre Nida (Lituanie) et Narva (Estonie), puis en Finlande et dans l’archipel d’Åland, avant une descente de la côte sud-est de la Suède sur les itinéraires Sverigeleden, Kustlinjen et Cykelspåret. Destination très vivement recommandée à tous les amoureux d’authenticité et de voyage hors des sentiers battus ! Liaisons par ferries et train. Vélo robuste et pneus anti-crevaison recommandés. Juin-juillet 2019.

En attendant que je trouve le temps de rédiger la description de cet itinéraire, vous pouvez visionner un diaporama de photos géolocalisées sur Piwigo.

Maxi-Salève (VTT)

Parcours VTT « inventé » au fil des mois par mes amis Olivier et Philippe avec pour objectif de faire le moins de goudron possible depuis la Croisette, tout en restant sur les chemins et sentiers les plus roulants. Pari réussi, merci ! Pour ceux qui préfèrent monter avec le téléphérique : depuis la gare supérieure, prendre le chemin de la Grange Passey, puis continuer vers Grange Gaby et la Pile (voir deuxième carte ci-dessous). Attention aux tiques sur les sentiers forestiers du versant nord-ouest !

Crêt-de-la-Neuve – Marchairuz – Mt Tendre

Tour VTT au départ de Coppet parcourant la crête de la Haute chaîne du Jura vaudois, entre la Combe des Amburnex (La Bassine) et le Mont Tendre, plus haut sommet du Jura suisse. La plupart du temps, on suit le balisage jaune de randonnée pédestre n°5 de Suisse Mobile (« Crêtes du Jura »). Il y a très peu de monde sur ces chemins, sauf entre le Marchairuz et le Mt Tendre, mais les piétons sont prioritaires sur les sentiers – merci de faire preuve de respect.

Attention : le vélo doit être poussé, voire porté sur certaines sections caillouteuses et/ou encombrées de racines.

Mt Tendre

Baltique et Scandinavie (D, PL, S, DK)

Voyage d’un mois en Europe du nord, d’abord sur la route Eurovelo 10/13 le long de la mer Baltique entre Lübeck (Allemagne) et Gdansk (Pologne), puis en Suède sur les itinéraires Sverigeleden, avant une traversée nord-sud de la péninsule du Jutland au Danemark sur Haervejsruten (Eurovelo 3). Liaisons par ferries, bus et train. Vélo robuste et pneus anti-crevaison indispensables. Juin-juillet 2018.

Vous pouvez visionner un diaporama de photos géolocalisées sur Piwigo. Une partie de ces images sont incluses dans le texte ci-dessous. Continuer la lecture

The Kill Monsanto Tour

Genève-Morges et retour pour aller manifester contre Monsanto, l’infect géant américain de l’agrobusiness. Cette mobilisation citoyenne a lieu chaque année durant la 2e quinzaine de mai. En s’y rendant à vélo par le pied du Jura, on s’assure que la racaille des OGM et du glyphosate ne nous vole pas une journée. Quelques courts passages hors goudron facilement contournables pour ceux qui ont un vélo de route. Possibilité de rentrer en train si le trajet aller suffit (79 km, 3h45, 750 m de D+).

Monsanto Continuer la lecture

La Route du Coeur (Suisse à vélo 99)

De Lausanne à Langnau im Emmental par la Route du Coeur, le plus long itinéraire balisé officiel de La Suisse à vélo. Routes secondaires et pistes forestières parfois caillouteuses. Le parcours complet de la Route du Coeur se poursuit jusqu’à Rorschach, sur la rive du lac de Constance. Voyage effectué en avril 2018. Continuer la lecture