Vallée de Joux – Mollendruz – La Côte

Magnifique boucle d’une journée à la découverte des vallées du Jura français et suisse, de leurs lacs, puis du vignoble de La Côte. Praticable en hiver, car ce parcours emprunte essentiellement des routes secondaires déneigées – les quelques exceptions sont signalées dans le texte et évitables en prenant les routes principales. Sortez donc du brouillard et allez marcher, voire rouler, sur les lacs gelés ! Départ et retour en train.

La Givrine

Dans le sens Suisse – France, il ne devrait pas y avoir trop de trafic sur la route de La Givrine, sauf peut-être les week-ends d’hiver, en particulier quand il y a du brouillard sur le bassin lémanique. On peut prendre le train jusqu’à La Cure pour éviter ce tronçon. J’ai souhaité passer le col à vélo, car c’était une première malgré la proximité avec Genève. Pas d’exploit toutefois : en sortant du train à La Givrine, il y a 20 mètres de dénivelé jusqu’au col…

JuraLes Rousses

Après avoir franchi la frontière, on prend une petite route qui conduit aux Rousses. En hiver, celle-ci n’est pas déneigée – j’ai donc poussé le vélo sur les plus belles plaques de glace.

JuraLes Rousses est une station touristique où tournent les bagnoles, donc il n’y a pas grand chose à y faire. On y reviendra en été pour aller tester les nombreux itinéraires VTT de la région. La petite route sur la rive gauche du lac des Rousses est tranquille et offre de beaux points de vue sur le lac.

JuraJuraCette route se termine à Bois-d’Amont, où seule la route principale franchit la frontière – on testera en été le sentier qui semble apparaître en rive gauche de l’Orbe sur la vue satellite, car pour le moment il est enneigé.

La Vallée de Joux

La route, presque toute droite, nous amène jusqu’au village du Sentier, via Le Brassus, où l’on rejoint l’itinéraire national Route du Jura (Suisse à vélo 7) que j’avais parcouru, dans l’autre sens, en 2004 et 2007 (voir cette route).

Vallée de JouxÀ La Golisse, prendre la petite route qui s’en va longer le lac vers Le Rocheray. Il y a de belles plages et autres pontons pour la pause pique-nique au bord du lac. En hiver, quand le lac est gelé, certaines grèves caillouteuses évoquent les contrées nordiques – c’est beau !

Vallée de JouxVallée de JouxVallée de JouxAu hameau des Esserts-de-Rive, la route franchit le chemin de fer et monte sur la colline du Revers, qui surplombe le lac jusqu’aux Charbonnières. Une piste forestière semble la parcourir tout le long : encore un itinéraire à tester à la belle saison.

Pour l’heure, nous poursuivons sur la route principale et traversons Le Lieu avant d’arriver au Séchey. Attention au trafic éventuel dans les virages à la sortie du Lieu, car la route n’est pas large, certains roulent trop vite et dépassent sans visibilité !

Petit détour par les contreforts de la montagne du Risoux (ou Risoud), par une route déserte, histoire d’anticiper les découvertes hors goudron qui nous attendent après la fonte de la neige, notamment le parcours balisé « Le Grand Risoud Bike » (Suisse à VTT 995).

Vallée de JouxÀ la descente, on retrouve en ligne de mire le fameux repère géographique de l’aval de la Vallée de Joux : la Dent de Vaulion (1483 m), avec à son pied le minuscule lac Brenet encore partiellement englacé.

Vallée de JouxLe village des Charbonnières regarde au nord, tandis que Le Pont est tourné vers le sud-ouest : en hiver, le choix est vite fait pour une autre petite pause lacustre, avec vue sur toute la longueur du lac de Joux. Bain de foule assuré durant les week-ends, malheureusement. Moi, j’y étais un mercredi et il n’y avait personne.

Vallée de JouxVallée de JouxVallée de JouxOn peut prendre à gauche la montée vers le Mollendruz, mais j’ai voulu encore aller admirer le lac gelé à L’Abbaye, prochain village sur la rive droite (ou sud). J’ai pu y observer un moment le ballet des canards qui s’étaient rassemblés là car le courant dû à la Lionne, petit affluent du lac et donc de l’Orbe, avait fait fondre la glace plus rapidement qu’ailleurs.

Vallée de JouxVallée de JouxLe col du Mollendruz

La montée vers le col du Mollendruz n’est pas longue : il y a seulement 170 mètres de dénivelé dans ce sens. Par contre, il faut prendre garde au trafic dans certains virages, en particulier lorsqu’on est à l’intérieur de la courbe, car il y a toujours des imbéciles pressés qui sont prêts à tout pour ne pas perdre quelques secondes – roulez au milieu de la route afin que l’on vous voie et ne traînez pas dans ces courbes-là ! Comme à La Givrine, il y a certainement plus de trafic sur la route du Mollendruz les week-ends en fin de journée, quand tous les citadins motorisés retournent dans leurs grises cités.

Peu avant le col, la vue porte loin vers le nord-est et l’on aperçoit les prochains sommets de la chaîne du Jura : Le Suchet, Le Chasseron ? Juste en-dessous de la route s’étend une belle combe partiellement boisée dans laquelle il y a forcément des pistes et sentiers à dénicher…

JuraAvec ses 1180 mètres, le col du Mollendruz est légèrement moins élevé que celui de La Givrine. La descente se révèle agréable et pas trop raide, mais comme souvent dans les montagnes du Jura n’offre guère de panorama – on roule en permanence dans la forêt. Au virage en lacet, prendre à gauche vers le hameau de La Praz pour s’affranchir du trafic. Attention : en hiver, restez sur la route principale si vous ne voulez pas pousser, car le chemin agricole entre La Praz et Mont-la-Ville n’est pas déneigé et tout contournement impliquera un dénivelé.

Le pied du Jura

En sortant de la forêt juste au-dessus de La Praz, on profite d’un beau coup d’œil sur le Gros-de-Vaud, avec le bassin lémanique et les Alpes à l’arrière-plan.

JuraJuraLe parcours suit désormais le pied sud du Jura par une route très calme traversant des villages qui semblent encore authentiquement ruraux : Mont-la-Ville, Montricher et Mollens. Il est possible de continuer tout droit vers Berolle, Bière et Gimel, pour atteindre Nyon par les routes Suisse à vélo 50 et 7, mais il faudra affronter plus de 280 mètres de dénivelé entre le vallon de l’Aubonne et Longirod. C’est la raison pour laquelle je propose de prendre à gauche avant Berolle, en direction de Ballens, où une jolie route à travers la forêt (attention : non déneigée) descend vers St-Livres. À Lavigny, on rejoint un axe fréquenté et le dernier gros kilomètre jusqu’à Aubonne se révèle franchement détestable. Une alternative existe toutefois : à la sortie de St-Livres, descendre par les vignes, puis remonter vers Aubonne par un chemin piéton où il faut pousser le vélo (voir le détail sur la carte de cet itinéraire).

La Côte

Heureusement, on attrape dans le haut du vieux bourg l’itinéraire Suisse à vélo 63 qui file dans le vignoble jusqu’à Bougy-Villars et qu’on laissera tomber pour continuer à zigzaguer, parfois sur des chemins viticoles, jusqu’à Vinzel. Magnifiques points de vue sur le Léman, les Alpes et le vignoble ; beaux villages également, qui le seraient encore plus s’ils étaient moins terriblement riches et remplis de pendulaires…

Ne reste qu’à traverser la Route du vignoble / Route de l’Étraz et son trafic permanent pour aller se mettre « sur les rails » de la voie cyclable Suisse à vélo 7 jusqu’à Nyon. Dernière section un peu dangereuse entre Gland et la bifurcation vers l’aérodrome de Prangins, attention !

  • Carte(s)

  • Données numériques

    Valeurs enregistrées par un compteur Ciclomaster CM434, comprenant un altimètre barométrique.

    Distance : 102 km
    Dénivelé positif : 760 m
    Altitude maximale : 1228 m (col de la Givrine)
    Pente moyenne (montée) : 6 %

  • Références

    Carte cycliste Lausanne - Vallée de Joux, Kümmerly+Frey, 1:60'000, éditée par l'Association transports et environnement (ATE).

    A Genève, les cartes et guides officiels "La Suisse à vélo" sont disponibles à la sympathique librairie indépendante Le Vent des Routes, 50 rue des Bains, 1205 GE.

    Webcams de la station des Rousses (Jura français).

    Webcam de la Vallée de Joux.

    Site internet de l'Office du tourisme de la Vallée de Joux.

  • Transports

    Train Genève - Nyon - La Givrine, départ aux 30, durée 1h08.

    Train Nyon - Genève pour le retour. Possibilité de prendre le train à Rolle.

    Une ligne ferroviaire dessert également la Vallée de Joux, via Le Day (Vallorbe) et Renens. Le trajet depuis Le Pont jusqu'à Genève dure par conséquent 1h42.

    Tous les horaires ici.

  • Téléchargements

    Vous pouvez télécharger cet itinéraire aux formats suivants :

    Fichier Google Earth (.kml)
    Fichier GPS (.gpx)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *